L'épargne salariale, c'est pour demain


Auteur: Mathieu Gautier

 
Share |


Annoncée le 28 mars dernier par le Président François Hollande, à l'occasion d'une interview télévisée, le déblocage de l'épargne salariale offre au gouvernement un feuilleton supplémentaire.
D'abord votée à l'Assemblée Nationale, puis rejetée au Sénat et enfin adoptée en séance plénière, le déblocage de l'épargne salariale entrera finalement en vigueur le 1er juillet et jusqu'au 31 décembre ; une réserve d'argent disponible sous conditions.



Les salariés pourront désormais débloquer à titre exceptionnel les fonds versés par leur entreprise au titre de leur intéressement et dans la limite de 20.000¤. Les titulaires d'un plan d'épargne retraite collectif ne pourront néanmoins pas en disposer.

L'objectif de ce déblocage est de favoriser l'acquisition de biens de consommation et par effet domino le marché de l'automobile, comme en témoigne l'amendement proposé par Benoit Hamon : « Pour financer l'achat d'un ou plusieurs biens ou la fourniture d'une ou plusieurs prestations de services », «en particulier dans le secteur automobile ». L'administration fiscale pourra d'ailleurs demander des justificatifs de l'utilisation des sommes en question.

L'UMP estime quant à elle que la mesure vise « maladroitement à pallier les conséquences d'une politique économique (.) inadaptée à la situation » et aurait souhaité que le plafond soit limité à 10.000 euros.

Selon le ministère du Travail, près de 6,5 millions de salariés bénéficient d'un tel dispositif de participation. Le gouvernement estime que l'épargne salariale représente aujourd'hui une manne de 14,5 milliards d'euros soit 7,4 milliards au titre de la participation aux bénéfices et 7,1 milliards, au titre de l'intéressement.








Calculez le tarif de ma Carte Grise


Démarche
Département
Puissance fiscale colonne P.6


Un conseiller Carte-Grise.org vous répond:

Calculez GRATUITEMENT votre tarif d'Assurance Auto en 1 min !