Je ne connais pas l'immatriculation

15-01-2023

Hausse du prix de la carte grise en 2024


Auteur: Mélanie

Prix de la carte grise en 2024. Découvrez le tarif du cheval fiscal dans votre région

Vous avez acheté un nouveau véhicule en 2024 ? Découvrez tout ce qui a changé depuis le 1er janvier, en particulier dans le calcul du prix de la carte grise en 2024 avec la hausse du cheval fiscal dans certaines régions métropolitaines, l'abaissement du seuil du malus écologique, le renforcement du malus au poids ou malus de la masse en ordre de marche, le montant du bonus écologique et la liste des véhicules électriques éligibles. Petit récapitulatif sur une année fiscale particulièrement mouvementée.


Augmentation du tarif du cheval fiscal en 2024

Depuis le 1er janvier 2024, une augmentation significative du prix du cheval fiscal (CV) a eu lieu dans 4 régions de France, dont la motivation est quasiment la même dans chacune d'elles : augmenter les recettes budgétaires de la collectivité territoriale. En effet, ces dernières années, on a assisté à un basculement des comportements des futurs acquéreurs de véhicules, qui s'intéressent davantage aux modèles hybrides ou 100% électriques, de plus en plus attractifs, notamment parce qu'ils sont subventionnés par des primes ou exonérés de taxes. Cependant, aujourd'hui le résultat s'en ressent et les immatriculations payées en intégralité sont en baisse. Les régions constatent en effet une diminution importante des taxes perçues et ont dû prendre des décisions pour remédier à ce déficit dans leur budget annuel. 

Ainsi, en Normandie, le conseil régional a voté une augmentation substantielle du tarif unitaire du cheval fiscal, avec une progression atteignant 31,43 %. Cette décision a suscité les préoccupations des propriétaires de véhicules de la région, qui font désormais face à des coûts d'immatriculation plus élevés. Le cheval fiscal normand est passé en effet de 35 € à 46 €. Par ailleurs, la Normandie a aussi décidé de ne plus exonérer les véhicules "dits-propres" de la taxe régionale. 

La région Centre-Val de Loire a également délibéré lors de l'Assemblée annuelle pour augmenter la taxe régionale, passant le prix du cheval fiscal de 49,80 € à 55 € et atteignant ainsi le montant du CV le plus cher en France avec la Bretagne, qui appliquait déjà ce prix. Tout comme la Normandie, elle a annoncé qu'elle supprimait, dès le 1er janvier 2024, l'exonération de 50 % de la taxe Y1 qu'elle accordait jusque là aux véhicules hybrides, GPL et Superéthanol E-85. 

En Île-de-France, le cheval fiscal, qui n'avait pas évolué depuis plus de 10 ans, a aussi connu une augmentation importante de 19,07 %. Cette hausse vise à compenser la baisse des contributions au budget francilien et a un impact direct sur les nouveaux propriétaires de véhicules. Le cheval fiscal est passé de 46,15 € à 54,95 € soit 8,80 € de plus par CV. Pour rappel, l'IDF avait déjà supprimé l'exonération des véhicules "dits-propres", comme les hybrides, depuis le mois d'août 2023. 

Les Hauts-de-France ont également enregistré une augmentation notable du prix du cheval fiscal, avec une hausse de 4,93 %. Cette progression modérée, comparée à d'autres régions, représente néanmoins un impact financier pour les résidents locaux qui voient le CV évolué de 34,50 € à 36,20 €. Cependant, la région Hauts-de-France a souhaité maintenir l'exonération de 50 % qu'elle accorde aux nouveaux propriétaires de véhicules hybrides, GPL ou Superéthanol E-85. 

En résumé, depuis le début de l'année 2024, les augmentations du prix du cheval fiscal dans ces régions ont engendré des répercussions financières significatives pour les propriétaires de véhicules, soulignant les défis économiques auxquels les régions doivent faire face.

Prix de la carte grise en 2024, tarif du cheval fiscal par région

Revalorisation du barème du malus écologique

Depuis ces quatre dernières années, le barème du malus écologique a été remanié par le Gouvernement qui s'efforce de privilégier l'acquisition de véhicules propres (voitures 100% électriques) ou des véhicules "dits-propres" qui émettent un taux de CO2 relativement faible. Ainsi, le seuil de déclenchement du malus en 2024 est abaissé à 118 g/km de CO2. De plus, le montant maximal est fixé à 60 000 euros à partir de 194 g/km de CO2 et n'est plus plafonné en fonction du prix d'achat du véhicule neuf comme dans les années précédentes. 

Il existe encore quelques conditions qui permettent d'être exonéré du malus écologique lors de l'acquisition d'un nouveau véhicule. Cela est valable pour les critères suivants :

  • Les véhicules d'occasion puisqu'ils ne sont pas soumis au malus ;
  • Les véhicules neufs ou importés qui émettent moins de 118 g/km de CO2 ;
  • Les véhicules propres (full électrique et à hydrogène) sont tous exonérés du malus ainsi que de la taxe régionale Y1 ;
  • Les véhicules équipés pour les personnes à mobilité réduite.

L'objectif du Gouvernement est bien sûr de réduire le taux d'émission de CO2 dans l'environnement en favorisant fiscalement l'achat de véhicules propres tels que les voitures électriques, qui peuvent aussi bénéficier du bonus écologique lors de leur achat en concession si leur score environnemental est supérieur à 60 points. Consulter la liste des véhicules éligibles au bonus écologique en 2024.

Barème du malus écologique en 2024 :

Taux de CO2
(norme WLTP)

Montant en 2024

118 g / km de CO2

50 euros

119 g / km

75 euros

120 g / km

100 euros

121 g / km

125 euros

122 g / km

150 euros

123 g / km

170 euros

124 g / km

190 euros

125 g / km

210 euros

126 g / Km

230 euros

127 g / km

240 euros

128 g / km

260 euros

129 g / km

280 euros

130 g / km

310 euros

131 g / km

330 euros

132 g / km

360 euros

133 g / km

400 euros

134 g / km

450 euros

135 g / km

540 euros

136 g / km

650 euros

137 g / km

740 euros

138 g / km

818 euros

139 g / km

898 euros

140 g / km

983 euros

141 g / km

1 074 euros

142 g / km

1 172 euros

143 g / km

1 276 euros

144 g / km

1 386 euros

145 g / km

1 504 euros

146 g / km

1 629 euros

147 g / km

1 761 euros

148 g / km

1 901 euros

149 g / km

2 049 euros

150 g / km

2 205 euros

151 g / km

2 370 euros

152 g / km

2 544 euros

153 g / km

2 726 euros

154 g / km

2 918 euros

155 g / km

3 119 euros

156 g / km

3 331 euros

157 g / km

3 552 euros

158 g / km

3 784 euros

159 g / km

4 026 euros

160 g / km

4 279 euros

161 g / km

4 543 euros

162 g / km

4 818 euros

163 g / km

5 105 euros

164 g /km

5 404 euros

165 g / km

5 715 euros

166 g / km

6 126 euros

167 g / km

6 357 euros

168 g / km

7 248 euros

169 g / km

7 959 euros

170 g / km

8 770 euros

171 g / km

9 681 euros

172 g / km

10 692 euros

173 g / km

11 803 euros

174 g / km

13 014 euros

175 g / km

14 325 euros

176 g / km

15 736 euros

177 g / km

17 247 euros

178 g / km

18 858 euros

179 g / km

20 569 euros

180 g / km

22 380 euros

181 g / km

24 291 euros

182 g / km

26 302 euros

183 g / km

28 413 euros

184 g / km

30 624 euros

185 g / km

32 935 euros

186 g / km

35 346 euros

187 g / km

37 857 euros

188 g / km

40 468 euros

189 g / km

43 179 euros

190 g / km

45 990 euros

191 g / km

48 901 euros

192 g / km

51 912 euros

193 g / km

55 023 euros

194 g / km et plus

60 000 euros


Modification du malus au poids en 2024

Instauré depuis le 1er janvier 2022, le « malus au poids », aussi appelé « malus masse » ou « taxe sur la masse en ordre de marche », a été renforcé en 2024. Il concerne désormais les véhicules neufs particuliers qui pèsent plus de 1 600 kg, au lieu de 1 800 kg initialement. Cette mesure cherche à toucher de plus en plus de modèles, dont les SUV accusés de polluer plus que les autres voitures particulières. Chaque kilogramme au dessus de 1 600 kg est taxé de 10 euros supplémentaires sur le prix de la carte grise jusqu'à 1 799 kg, puis le montant augmente progressivement selon un barème par tranche de poids. Ainsi, si le poids à vide de votre véhicule dépasse les 1600 kg, vous paierez :

  • 10 € par kilo supplémentaire de 1601 kg à 1799 kg ;
  • 15 € par kilo supplémentaire de 1800 kg à 1899 kg ;
  • 20 € par kilo supplémentaire de 1900 kg à 1999 kg ;
  • 25 € par kilo supplémentaire de 2000 kg à 2099 kg ;
  • 30 € par kilo supplémentaire au delà de 2100 kg.

Des spécialistes du secteur automobile avaient jugé cette mesure inefficace dans sa première mouture car le plafond du malus écologique était atteint trop rapidement et la limite de poids trop élevée pour impacter suffisamment de véhicules. Nous verrons si les aménagements du malus au poids en 2024 portent leur fruit et remplissent les objectifs escomptés.



Actualités suivantes

-- --